Les villes béton

 

Il est des régions, belles par nature

La mienne se situe au bord de la mer

Je l’aimais bien, et pourtant, je le jure

Ils nous l’enlaidissent, je suis amer.

 

Là où il y avait des champignons

Ce sont des grues, et surtout motus

Fini tout nos beaux arbres, eucalyptus,

Ils les remplacent par du béton.

 

Adieu nos promenades, et la mer

Bonjour les immeubles, les palaces

Dans tout cela, reste t-il de la place

Pour les baigneurs, sont-ils amers ?

 

Les résidus, tout ce qui empoisonne

Mais surtout ne dites rien, pour sûr

Les responsables, il n’y a personne

Ah qu’elle était belle notre nature.

 

Qu’il faisait bon vivre sous les oliviers

Mais sous prétexte de nous rendre heureux

Nos responsables les ont fait scier

Cela nous rend très malheureux.

 

Savent-ils ce qu’ils ont fait de la mer

Elle a le goût des immondices, du fioul

Où pour rien au monde, je ne me mouille

Oui, vous les responsables, je suis en colère.

 

Quoi que vous disiez, j’aime ma planète

Qu’au fil des siècles, vous détruisez.

Saurez-vous reconnaître ce que vous faites ?

Aimez-vous la nature? Allez-vous vous arrêter ?

 

Jean Mollier de France

 

Retour au menu

Le coin des poètes

Accueil

 

 

annuaire annuaire