Souvenirs ...

 

Le ciel est gris et maussade

Mon esprit aujourd’hui vagabonde

Le temps n’est pas à la promenade

Les trottoirs ne sont point rempli de monde.

 

Les rares promeneurs qui se croisent

Arborent un air las et fatigué

L’humeur générale n’est pas grivoise

Les passants poursuivent leur chemin le regard attristé.

 

Soudain une fillette surgi de nulle part

Gaie, un ballon rouge sous le bras

Je la regarde passer, à l’écart

Dans mon cœur déchiré, Dieu qu’il fait froid

 

Cela me reporte au temps de ma jeunesse

Où tout était si beau si différent

Au temps où il y avait de l’allégresse

Temps béni où nous élevions nos enfants.

 

Que la vie me semble soudain brève

Ne laissant surgir en moi que des souvenirs

En cette triste journée qui s’achève

Impossible retour, ne me faisant que souffrir.

 

Colette

   

 annuaire    annuaire