Mirabelle, ma belle

 

Un jour on me présenta Mirabelle

Elle était tout aussi belle que vieille

Elle était de couleur noire, malchance

Sa tête était devenue grise et blanche.

 

Depuis ses yeux, jusqu’à son nez

Que dire de plus, c’est la destinée.

Ce que l’on remarquait, d’abord

C’était son corps, mille sabords.

 

Il était mince, élégant, élancé

Elle n’était pas même fiancée

Elle ne pouvait pas avoir un petit

On lui avait supprimé cette envie.

 

Alors que dire, si sur son chemin

En courant, surtout pas de méprise

Vers ceux qui lui veulent du bien

On ne dirait point, qu’on se le dise

 

Qu’elle errait, ne sachant où aller.

Puis son regard la fixa, d’abord

Celle qui l’a caressée, puis adoptée,

Mirabelle, est une chienne labrador.

 

Heureux, celles ou ceux qui comme elle

Sont trop souvent battus et abandonnés

Ont pour remerciement, comme Mirabelle

A celles et ceux qui les aiment, la fidélité.

 

Jean Mollier de France

 

 

Retour au menu

Le coin des poètes

Accueil

 

 

annuaire annuaire