Mes enfants que j’aime

 

Quand je ne serai plus là, relâchez-moi

Je vais partir, j'ai tant de choses à penser,

Ne pleurez pas en pensant à moi, parfois

Soyez reconnaissants pour ces belles années

 

Où je vous ai donné mon affection

Accordez-le moi, votre grand pardon

Pour le bonheur qui vous a parfois manqué

Merci pour l'amour que vous m'avez donné.

 

Maintenant, il est temps de voyager seul

Pour un court moment vous aurez de la peine

La confiance ne vous apportera pas le deuil

Nous serons séparés pour quelque temps.

 

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur

Je suis près, la vie continue, quel bonheur

Si vous avez besoin de moi, alors je viendrai

Même, ne pouvant me voir, avec vous je serai.

 

Si vous écoutez votre cœur, vous éprouverez

Clairement la douceur, l'amour que je donnais

Et quand il sera temps pour vous de partir

Je serai encore là pour vous accueillir.

 

Absent de mon corps, présent par la pensée

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer

Je ne suis pas là, de même, je ne dors pas

Je ne serai pas loin, et serai toujours là.

 

Je suis un papa avec défauts et qualités

Je suis un papa qui ne connaît pas la haine

Je suis un papa, qui chaque jour se traîne

Je suis un papa, qui vous aime pour l'éternité.

 

Je suis là, et ne suis pas encore mort.

Je vous aime, et bien plus encore

Je suis là, et quand tout sera fini

Je serai là pour veiller sur votre vie.

 

Je vous aime.

Votre papa

 

Jean Mollier

Retour au menu

Le coin des poètes

Accueil

 

 

 annuaire annuaire