Mauvaise foi

 

 

Ne pas admettre, une fois, que l’on s’est trompé

C’est comme de dire, geste à l’appui, ma foi

Si vous ne me croyez pas, dans mon panier

J’ai de quoi vous prouver, et de bonne foi

 

Que j’en ai d’autres, à vous présenter, cette fois

Vous n’allez pas me dire que je suis de mauvaise foi

Si je vous dis, j’affirme que c’est vrai ce que je dis

Et puis, qu’ensuite, j’affirme que je ne l’ai pas dit

 

C’est de la mauvaise foi, vous me comprenez, dites

Si par contre, j’affirme, d’un air convaincant, oui

Ah, Madame, je vous aime à la folie, vous êtes si jolie,

Si je mens, qu’on me punisse, qu’en enfer j’aille vite.

 

Puis me tournant vers ma voisine, qui elle, est très jolie

Vous voyez la dame là-bas, qu’est-ce qu’elle est laide

Je viens de lui dire, pardonnez-moi, qu’elle était jolie

Elle m’a cru ma foi, flatteur a besoin qu’on l’aide.

 

Même si ce qu’il vient de dire est de mauvaise foi

Pour un oui, ou non, celui qui est de mauvaise foi

Dira toujours le contraire de ce qu’il a dit avant

C’est ainsi, que sur terre, il y a trop de mauvaise foi.

 

Si vous croyez en ce que vous dites, il n’y a qu’une loi

C’est, que vous soyez, honnête ou bien menteur, chaque fois

Que vous parlez, ne dites à ceux qui vous écoutent

Que la stricte vérité, un homme qui renie ce qu’il a dit

 

On le croit, une fois, deux fois, et puis après, le dos tourné

Montré du doigt, on chuchote, vous voyez ce Monsieur

Il n’est pas de bonne foi, on ne sait jamais la vérité

Tantôt c’est oui, puis se rétracte, c’est malheureux.

 

Jean Mollier de France

Retour au menu

Le coin des poètes

Accueil

 

 

annuaire annuaire