L'heure est venue

 

Adieu, veaux, vaches, cochons,

L'heure est venue de dire, pardon

De n'avoir peut-être pas su voir

La terre, ses espoirs et désespoirs.

 

Ainsi qu'il sied en ce bas monde

De dire à ceux qui mènent la ronde

Lequel est bon, lequel est mauvais

Il en est qui ne le montrent jamais.

 

Pourtant, il y a tant de malheureux

Qui ne mangent jamais à leur faim

Alors que d'autres crèvent, heureux

De pouvoir se gaver jusqu'à leur fin.

 

Pourquoi, les restos du cœur et autres

Pour ceux qui n'ont pas de quoi manger

N'ont pas de lit pour dormir et rêver

A un monde qui serait beau, tout autre

 

A ceux qui tiennent les rennes du pouvoir

Dépensent notre argent, en voyages et festins

Que font-ils pour ceux qui n'ont plus rien,

Des discours que personne ne peut croire.

 

Ne savent-ils pas que riches ou pauvres

Leur destin commun est de mourir

Les uns auront bien vécus, les autres

Perdue leur joie de vivre, de sourire.

 

Pour moi l'heure est enfin venue

De les rejoindre pour l'éternité

Je crois que c'est la seule vérité

Dans ce monde qui m'a déçu.

 

Jean Mollier

 

Retour au menu

Le coin des poètes

Accueil

 

 

 

 annuaireannuaire

Design © Chez Ivana - 2009 - Toute reproduction interdite