Je t’aime

 

Lorsque la nuit arrive lentement

Le soleil décline, la lune apparaît

Alors je vois, quel enchantement

Ton beau visage et ses attraits

Je t’aime

 

Nulle lumière artificielle agressive

Même si elle fait voir ton joli visage

Ta beauté m’offre, c’est un mirage

Ce que j’espérais, toi, quel prestige

Je t’aime

 

Tes yeux me regardent avec douceur

Tantôts brillants, ou interrogateurs

Parfois j’y vois comme un éclair

Une étoile me crie, dis-lui, soit clair

Je t’aime

 

L’envie me prend de t’enlacer

Te garder dans mes bras, serrée,

Que faire lorsque malgré moi

Je rêve de t’avoir à moi, ma joie

Je t’aime

 

Puis mon désir est le plus fort

Je deviens fou, mon coeur délire

Je t’étreins de plus en plus fort

Mon amour, je ne sais que dire.

Je t’aime

 

Jean Mollier de France

 

Retour au menu

Le coin des poètes

Accueil

 

annuaire annuaire