Dernier Amour


 

Le jour où tu m'es apparue

Mon cœur battait, il me dit

Voilà la femme de ta vie

Pourtant je n'y croyais plus.


 

Tu avais la beauté de ton âge

Tes jolis yeux, ton joli visage

Me parlaient et me disaient

Que moi aussi je te plaisais.


 

Chaque jour qui passait

C'était pour moi ravissement

Déjà, je devenais exigeant

En moi le désir me poussait.


 

Aller plus loin, être ton amant

En te prenant dans mes bras

Tu me disais ton consentement

Ô, mon amour, je n'y croyais pas.


 

Mes doigts tremblants effleuraient

Ton visage, ton corps, libérés

Te prouver, si besoin était, t'aimer

Inventer des caresses que tu aimais.


 

Ce désir d'unir nos corps, encore

Ce merveilleux amour, notre vécu

De nous aimer jusqu'à notre mort

Si aujourd'hui, nous sommes déçus.


 

Nous avons beaucoup d'amertume

Toi et moi, nous habitons trop loin

Être ensemble, devenait un besoin

C'était vouloir décrocher la lune.


 

Je pense sans cesse à toi, aimée

Le bonheur que tu m'as donné

Crois en ces mots, pour toujours

Tu es et sera mon dernier amour.


 

Jean Mollier

 

Retour aux poèmes

Le coin des poètes

Accueil

 

 annuaireannuaire