Notre Christelle,

 

La vie a laissé le temps au temps

Printemps, été, automne, et l’hiver.

Toute notre vie, elle fiche le camp

Devenus vieux, affaiblis, solitaires.

 

Avions besoin d’une aide morale

Nos vieux os, n’en pouvant plus,

Il nous fallait, hélas, c’est normal

Que d’autres bras, les bienvenus,

 

Fassent ce que nous avons besoin.

Maintenir notre chez nous, peiner

Notre linge, le sol, tenu avec soin

Aller dans les magasins, acheter.

 

Cet oiseau rare je l’ai trouvé

Par la Mairie, Mille merci à elle.

Depuis, je ne peux m’en passer

C’est une femme exceptionnelle.

 

Elle a pour prénom, Christelle

Gaie, enjouée et chaleureuse

Elle dit, toc-toc, très heureuse

Il entre, notre rayon de soleil.

 

Ah quelle chance nous avons

Elle pense à tout, prévenante,

Propose telle ou telle solution

Devine nos désirs, contente.

 

Elle nous rend très heureux

Attendant avec impatience

Sa venue pour nous les vieux

Grâce à elle, notre confiance.

 

En l’issue finale, est sereine

Surtout, ne nous la prenez pas

Elle est pour nous notre reine

Ah, qu’il sera doux notre trépas.

 

Notre pensée sera pour elle

(Maman), ne nous quittez pas,

Car vous êtes notre Christelle

Jusqu’à la fin, dans l’au-delà.

 

Jean Mollier

Retour aux poèmes

Le coin des poètes

Accueil

 

 annuaireannuaire